Au milieu des années 50, mon père, qui adorait la mécanique et la vitesse, avait décidé de battre le record de vitesse sur l'eau,record détenu à l'époque par un Américain, Paul Sawyer, en classe 4  sur un bateau "3 points" l'Alter Ego". La vitesse de 185,14 km/h, fut atteinte le 15 Juin 1951, sur le Salton Sea, en Californie.
Mon père visait plus modestement la classe 3, record à 113 km/h , si mes souvenirs sont bons.
Il se procura le plan de l'Alter Ego, en réalisa une maquette, puis passa  à la réalisation grandeur nature. C'est avec le moteur de la Dyna Panhard familialle, "la panpan", démonté et remonté dans le bateau qu'il fit ses premiers essais. Nous étions tous surpris que la dyna toute neuve fût déjà en panne...Mais moi je savais! Heureusement mon père trouva rapidement un moteur d'occasion pour le bateau et la panpan, elle, retrouva son moteur d'origine: un moteur extrèmement léger,à refroidissement par air, tres facile à démonter, mon père le trouvait révolutionnaire, il ne compris jamais que l'on continuas à fabriquer des moteurs à refroidissement par eau.
Les élèves de l'école de garçons et du collège, se souviennent encore du rugissement de l'échappement libre ,à deux pas, sur le canal.
Avec le moteur Panhard, aprés de multiples réglages, une hélice commandée chez Radice en Italie, et au deuxième bateau, il frôla les 90 km/h, mais c'était les limites du moteur; il fallait trouver autre chose.Un moteur de voiture gonflé par exemple. Il écrivit donc à Amédée Gordini pour expliquer son projet; Amédée dit banco et prêta un moteur. Mon père construisit la coque en conséquence.

Les premiers racers, équipés de moteurs Panhard à refroidissement par air.

Au fond le premier, le rouge le "Morelus",échangé à Lerebourg contre un kart à moteur de Vespa.

Au milieu, le blanc, le plus rapide, celui du championnat de France.

Au premier plan, probablement celui d'Hennequin


racers901


Mise à l'eau sur la cale à Isigny

à gauche mon Papa, à droite Lerebourg.

racers901_1

virage à la bouée, en course.

Les racers étaient beaucoup plus rapides que les hors-bords équipés de moteurs Mercury hors de prix, ce qui énervait passablement les propriétaires des dits hors-bords, toutefois les racers viraient tres mal et reperdaient une partie de l'avance gagnée en ligne droite.


racers902

Préparation d'une course à Clécy ou Rabodanges, j'ai oublié.


racers903


Le vilain petit canard...

Il aurait du être le plus rapide, peint en gris métallisé avec une queue tricolore....il fut un ratage total!


racers902_1

Mon père construisit 6 racers, le premier le Morelus qui passa ensuite à Lerebourd, ensuite le blanc, le plus rapide, il en construisit un autre pour Hennequin, un autre encore pour Marcel Girard, le cinquième: le vilain petit canard,et enfin le sixième èquipé du moteur gordini, je crois que Decaumont courait sur un autre type de bateau, au début en tous cas.

Remise de prix, à gauche Hennequin, à droite: Louis Morel, L'homme à la casquette était "Monsieur Caron" c'est lui je crois qui avait présentait Papa à Gordini.

racers904

LE GORDINI

La coque en cours de construction avec le moteur Gordini.

racer_gordini_3


racer_gordini

Pour les premiers (et derniers) essais, Amédée Gordini s'était déplacé à Isigny avec son Mécano.

racers897

Sur la photo: Amédée gordini, cigarette au bec et casquette à carreaux, à sa droite mon Papa, en dessous, le mécano, on reconnaît aussi Decaumont qui pilotait également un bateau de course.


racers897_1


Mise à l'eau


racers899


Aprés un galop d'essai à plus de 100kml/h, le 22mai 1961. Le bateau était bleu et blanc, bleu Gordini évidemment.

racers900

Le bateau dépassa les 100km/h, hélas, le mécano plus féru en voitures, qu'en bateaux, fit une erreur dans le branchement du refroidissement, erreur qui fût vite fatale au moteur.

Aprés une victoire, à gauche: René Saint, au fond à droite, Lerebourg, un autre pilote de racer.

racers898

L'article de Ouest-France, merci à Patrick Brunet et à sa fille de me l'avoir fait parvenir.

Ouest_France_1958

Ouest_France_1958_1